Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Balkanisation de la RDC : le plan B en marche

Publié le par doyenmaliro

Déploiement de la Force internationale neutre 

Les pourparlers entre la délégation gouvernementale et celle du M23 à Kampala piétinent. Le rythme est d’un pas en avant et de deux en arrière. Ponctué de temps en temps par des contradictions de part et de d’autre. C’est dans ce contexte, d’une accalmie volatile, que l’Union africaine (UA) annonce le déploiement imminent d’une Force internationale neutre en RDC. Chapeau bas ! Mais là où le bât blesse, c’est lorsque des sites à l’intérieur de la RDC sont prévus pour ce déploiement au détriment de la frontière commune entre les deux voisins en conflit. De quoi dire que le plan B de la balkanisation est en marche.

Le déploiement de la Force neutre internationale dans la partie Est de la République démocratique du Congo ne serait plus qu’une question de jours, l’Union africaine ayant levé l’option tout en définissant le format que devait revêtir cette force.

Malgré les réticences du Rwanda, c’est sous le mandat de la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco) que devra être placée cette force, avec un commandement tanzanien.

Une réunion ministérielle de l'Union africaine s'est tenue cette semaine à Addis-Abeba pour discuter du déploiement de cette force. La réunion, à laquelle ont pris part le commissaire de l'UA à la paix et à la sécurité, Ramtane Lamamara et les ministres des Affaires étrangères de plusieurs pays de la région des Grands Lacs, dont celui de la RDC, ainsi que les représentants de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) et des Nations unies, a examiné notamment les moyens de la mise en place et du déploiement de cette force, de même que le renforcement du Mécanisme de vérification conjoint.

Le général Babacar Gaye, conseiller militaire du secrétaire général de l'ONU, aurait informé les participants des actions prises pour mettre en œuvre la résolution 2076 du Conseil de sécurité de l'ONU. Celle-ci définit le futur mandat de la MONUSCO à la lumière de la demande des pays africains de déployer une force neutre dans l'est de la RDC.

FNI entourée par un nuage épais

Il n’y a donc plus d’équivoque possible. C’est sous le mandat de la Monusco qu’opérera la Force neutre internationale ; une option rejetée par le Rwanda, qui ne cache pas son animosité à l’endroit des troupes onusiennes basées en RDC.

Toutefois, il ressort que le déploiement de la FNI, quoiqu’accueilli comme un pas vers la stabilité dans Est, ne pourrait résoudre le problème des tensions récurrentes qui minent depuis plus d’une décennie cette partie de la RDC. Le langage diverge selon qu’il s’agit des modalités du déploiement de la FNI ou de la clause de son mandat relative à la neutralisation des forces négatives dont le M23 et les FDLR.

D’un. Le déploiement le long de la frontière commune entre le Rwanda et la RDC cède le pas au déploiement sur des sites ciblés à l’intérieur de la RDC, notamment dans le Nord-Kivu : Walikale, Masisi, Beni, Lubero, etc. Vu sous cet angle, la FNI s’apparente de plus en plus à une force d’interposition qu’à une force de dissuasion destinée à préserver les frontières de la RDC.

De deux. Aucun schéma de désarmement du M23 n’est clairement présenté. Pour preuve, acceptés comme interlocuteurs de Kinshasa, les animateurs du M23 pourraient bénéficier d’une amnistie et être insérés dans les institutions de la République à l’issue des pourparlers de Kampala.

Comment, dès lors, pourrait-on appliquer, à leur endroit, la clause de neutralisation ? A la CIRGL et l’UA de répondre à cette question qui a l’air d’entretenir un flou artistique. Un nuage épais couvre encore la FNI dans son fond et sa forme.

C’est ici que la responsabilité de Kinshasa est engagée. Le gouvernement ne sait pas défendre une position face à cette question d’insécurité dans l’Est du pays. L’impression qui se dégage d’emblée est celle d’une politique de minimisation du danger. On adhère à des schémas conçus dans des officines étrangères. On adopte quasiment aveuglément tout ce qui est présenté comme dans un rapport de force de colonisateurs à colonisés.

Illustration. Au terme d’une rencontre à Goma des ministres de la Défense de la CIRGL, le vice-Premier ministre, ministre de la Défense et Anciens combattants, avait laissé entendre que la FNI devait être déployée à l’intérieur de la RDC, particulièrement dans quatre points situés à l’intérieur des frontières du Nord-Kivu. Peut-il aujourd’hui percevoir la portée de cette déclaration par rapport à l’évolution de la situation ?  
  
Le risque actuel est que l’enthousiasme affiché par Kinshasa pourrait se révéler très négatif. Il pourrait conduire à escamoter le vrai problème et surtout à entretenir une situation de crise latente. L’intangibilité de ses frontières pourrait s’en ressentir longtemps. Qu’est-ce à dire ?

 En acceptant de déployer la FNI à l’intérieur du territoire congolais et non à la frontière commune entre la RDC et ses voisins, la communauté internationale, l’UA et la CIRGL vont légitimer le M23 qui contrôle déjà une bonne partie de la province du Nord-Kivu.  

Le plan B

Depuis la publication des rapports des experts de l’Onu sur la situation sécuritaire en RDC, tout le monde a compris que le M23 n’est que le bras exécuteur du duo Kigali-Kampala. Eux-mêmes étant sous traitants des puissances politico-financières internationales.

Or, celles-ci ne se sont jamais départies de leur détermination à revoir les frontières de la région des Grands Lacs héritées de la colonisation. Elles ont créé des seigneurs de guerre et des groupes armés ; elles ont initié des études et autres réflexions à travers des centres et universités dans le monde aux fins de montrer, à ceux qui peuvent encore être crédules, que l’ex-colonie belge est assez spacieuse et trop riche pour ses habitants et ses dirigeants. 

Le premier plan consistait à créer la déstabilisation de la RDC par des guerres intestines téléguidées de l’extérieur. Mal en a pris aux balkanisateurs. Le sursaut national a fait échec à la tentative d’amputation d’une partie du pays. Le discours développé sur l’existence des Congolais de l’Est (proches du Rwanda) et de l’Ouest (très éloignés) n’a pas porté, le patriotisme et le nationalisme constituant ce ciment en dur que rien ni personne ne peut ébranler. 

La prise de conscience dans la communauté internationale sur le drame qui prévaut en RDC a valu à cette dernière une sorte de trêve. Mais puisqu’ils ont la peau dure, les balkanisateurs ne sont prêts à lâcher prise. Ils épient la moindre opportunité pour reprendre leur combat et ils ne lésinent pas sur les moyens.

Autant ils ont infiltré les institutions internationales, continentales et régionales, autant ils sont présents dans les institutions nationales. Ils initient des prises de position, découragent ou incitent, s’il le faut. Dans le cas d’espèce, ils n’ont aucun intérêt à laisser tomber le M23, leur pion. Ils ont besoin de sa survie afin que leur plan se poursuive, quelle que soit la direction que pourrait prendre le vent.

La trouvaille ici, c’est le déploiement de la FNI décidée par l’UA. Ils en ont subtilement déformé les modalités de mise en œuvre de même que son mandat. Leur politique repose sur l’usure. Ils veulent que les Congolais se lassent d’être en guerre et finissent par se dire : « nous ne nous en sortirons jamais, lâchons du lest et on nous fichera la paix ! ». Mon œil ! Cela n’arrivera pas. L’éveil national est à son comble.

 La population congolaise sait que le Rwanda veut rattacher le Nord-Kivu à son territoire afin de tirer meilleur parti de toutes les richesses dont regorge cette partie du pays. Elle sait aussi qu’en écartant la neutralisation du M23 dans le mandat confié à la Force neutre internationale, la voie est ouverte vers la consolidation des positions du M23 et donc, de poursuite de la tension en y donnant des coups de pinceaux aux couleurs nationales.

Tout compte fait, l’efficacité de la CIRGL, de l’UA et de l’ONU à  travailler réellement pour un retour rapide et durable de la paix dans l’Est du territoire national est mise à dure épreuve. Leurs pistes de solution remettent en cause la souveraineté de la RDC. Car tel qu’il est préparé, le déploiement de la Force neutre internationale pourrait à terme permettre aux balkanisateurs d’obtenir de la manière la plus douce ce qu’ils recherchent depuis deux décennies. Mais sur le plan national, le Plan B : échec et mat.

Le Pot.

 

Doyen MALIRO

Commenter cet article